close
légalisation

Feu vert pour cultiver du cannabis à haute teneur en THC pour la Nouvelle-Zélande

ROBIN THOMSON PHOTO: GISBORNE HERALD
Blog-Cannabis

Comment le cannabis donne à la communauté Māori de Ruatoria une chance de se redéfinir ?

Après avoir cultivé des variétés de chanvre depuis 2016, la première licence de culture médicinale délivrée à une entreprise du cannabis a été accordée à Hikurangi par le ministère de la santé Néo zélandaise

Dans un endroit où le taux de chômage est élevé, la communauté de Ruatoria est ravie d’offrir le premier cours de cannabis légal au pays.

La société a été autorisée à importer en Nouvelle-Zélande certaines des premières souches de cannabis à teneur élevée en THC en vertu des nouvelles règles de biosécurité du pays.

16 nouvelles variétés de cannabis, toutes à des fins médicales.

Jusqu’au mois dernier, le Ministère des industries primaires ne pouvait pas autoriser l’importation de souches de cannabis à forte teneur en THC en Nouvelle-Zélande parce que les règles d’importation de graines de cannabis s’appliquaient uniquement aux variétés de chanvre à faible teneur.

Les cultivars comprennent cinq variétés à forte teneur en THC. Sept autres sont des variétés à faible teneur et quatre ont des taux élevés de CBD.

“Nous sommes très heureux de recevoir cette liste élargie de variétés pour nos efforts de recherche et de sélection “, a déclaré Manu Caddie, directeur général de la société. C’est pourquoi il est important d’avoir une grande diversité de matériel végétal dans notre banque de gènes à mesure que nous avançons dans le programme de sélection, puis dans la recherche et finalement dans la production, nos phyto-scientifiques disent que la génétique est très importante.”

Hikurangi emploie 20 personnes, dont une équipe de scientifiques ayant de l’expérience en génie horticole et en agronomie, en biologie moléculaire, en biochimie, en formulation et fabrication de produits pharmaceutiques.

à lire aussi  Indica Vs Sativa

Des fonctionnaires du ministère de la Santé et du MIP ont travaillé ensemble pour mettre à jour les règlements d’importation afin de tenir compte des nouvelles exigences de l’industrie et, une fois informés des changements, Hikurangi a immédiatement déposé une demande de modification de sa licence afin de couvrir les souches à haut rendement.

“Dernièrement, nous avons vu le gouvernement thaïlandais approuver le cannabis médical, les Philippines, la Malaisie et la Corée du Sud changent rapidement d’orientation et d’autres pays suivent le mouvement, a-t-il dit.

Il est important pour notre entreprise de développer des relations à long terme avec des partenaires de confiance en Asie.”

Qu'est-ce que le Charas et comment le faire ?

Le cannabis provient des régions himalayennes et les communautés autochtones l’utilisent encore pour la médecine traditionnelle.

Hikurangi a formé un partenariat avec des chercheurs du Népal et de l’Inde pour aider les communautés de culture du cannabis à caractériser, protéger et commercialiser les souches des races terrestres de leur région.

“Avec le temps, nous espérons ajouter une partie de cette génétique originale aux plantes cultivées en Nouvelle-Zélande “, a déclaré M. Caddie. “Et nous étendons nos relations de recherche avec des universités et des partenaires commerciaux dans toute l’Asie, depuis le Japon, la Chine et le Cambodge jusqu’en Afghanistan et en Europe de l’Est en passant par les pays de la Route de la soie.

Paradoxe Médical en Inde

“Nous sommes très enthousiasmés par le réseau mondial de communautés indigènes que nous construisons avec des groupes tribaux cultivant du cannabis en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique et maintenant en Asie.”

Au cours de son voyage, M. Caddie rencontrera des entreprises thaïlandaises, indiennes, chinoises, japonaises, mongoles et cambodgiennes afin de discuter des possibilités de commerce des graines de cannabis, des médicaments et des produits de santé naturels.

Tags : GénétiqueNouvelle-ZélandePlantationSouche