close
légalisation

Le Royaume-Uni reçoit le feu vert pour laisser les consommateurs tranquilles

Source : Unilad.co.uk
Blog-Cannabis

La police change radicalement sa vision de la consommation de stupéfiant

L’assouplissement a été annoncé par le Conseil national des chefs de police : Laisser les consommateurs de cannabis s’en tirer indemnes et leur suggérer d’obtenir un traitement plutôt qu’une punition rapporte le Daily Mail. C’est une grande avancée dans l’amélioration de l’environnement politique et juridique

Hier, les forces policières de tout le pays ont reçu le feu vert pour cesser les arrestations de consommateurs de cannabis.

Chaque chef de police peut maintenant décider d’arrêter et d’inculper, de mettre en garde ou d’avertir les personnes prises avec la drogue – ou simplement de les laisser partir.

Le Conseil national des chefs de police est l’organe qui élabore les politiques opérationnelles à l’échelle nationale.

Le porte-parole de l’organisation sur les drogues, Jason Harwin, directeur adjoint de la police de Cleveland, a déclaré que demander aux consommateurs de cannabis de chercher un traitement plutôt que de les poursuivre pourrait prévenir la récidive et fournir de “meilleur résultat”.

à lire aussi  A l'aéroport de Las Vegas, une boîte pour y déposer sa weed

La nouvelle fait suite à la révélation faite la semaine dernière par le chef de la police des West Midlands, Dave Thompson, que ses officiers ne donnent même pas d’avertissement officiel aux jeunes consommateurs de cannabis parce que ce serait “désastreux pour leurs chances dans la vie”.

M. Harwin, qui est le ” responsable des drogues ” du NPCC, a déclaré : ” Tout porte à croire que le fait de recommander aux délinquants mineurs un traitement d’intervention précoce plutôt que d’obtenir des condamnations peut prévenir la récidive et donner les meilleurs résultats tant pour l’utilisateur que pour le système judiciaire pénal.

Il appartient aux chefs de police, en liaison avec leur police et leurs commissaires, de déterminer les priorités opérationnelles.

Suggérer aux usagers d’opter pour un traitement n’est pas obligatoire et reste une proposition et une alternative à l’incarcération

La possession d’une drogue de classe B comme le cannabis peut entraîner une peine d’emprisonnement de cinq ans et une amende illimitée. La culture ou le trafic de cannabis peut théoriquement entraîner 14 ans de prison et une amende illimitée.

à lire aussi  Le premier médecin certifié cannabis de Porto Rico

M. Harwin, dont l’organisation comprend les 43 forces de police d’Angleterre et du Pays de Galles, a déclaré que les chefs de police continueraient à poursuivre les grands criminels de la drogue.

Toutefois, il a ajouté : “Il existe une série d’options pour traiter les personnes trouvées en possession de cannabis ou qui cultivent la plante qui sont proportionnées aux circonstances individuelles – il s’agit notamment de dispositions extrajudiciaires et d’avertissements concernant le cannabis, ainsi que de poursuites”.

Cette approche a fait l’objet de critiques de la part de militants antidrogue, notamment de la National Drug Prevention Alliance.

En réponse à la déclaration du NPCC, le ministère de l’Intérieur a déclaré que les chefs de police sont censés appliquer la loi en vigueur.

Tags : adolescentConsommationLoipolicePolitiqueTraficUK